Les gains et dotations de la Coupe du monde 2022

Participer et s’illustrer à la Coupe du monde n’est pas seulement une affaire sportive : réussir un beau parcours représente en effet aussi la garantie de gains élevés. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le prize money de l’édition 2022.

Une prime pour chaque Mondialiste

Le 22 avril dernier à Doha, au Qatar, la FIFA a organisé une réunion avec les représentants de tous les pays qualifiés. Durant celle-ci, l’instance dirigeante du ballon rond a détaillé les dotations de la compétition et annoncé que chacun des 32 pays participants recevra 1,5 million de dollars (1,4 million d’euros) au titre de «contribution aux frais de participation» et donc indépendamment des performances sportives.

A cette somme s’ajouteront 9 millions de dollars (8,5 millions d’euros) pour chaque sélection éliminée au premier tour. Autrement dit, chaque nation qualifiée quittera le Qatar avec, dans le pire des cas, environ 10 millions d’euros en poche !

Contrairement à d’autres compétitions, le fait de remporter une victoire en phase de groupes ou de faire match nul n’aura en revanche pas d’incidence sur les dotations versées par la FIFA et seul le fait de se qualifier pour un tour suivant permet de bénéficier d’une prime plus élevée.

Les dotations pour chaque tour de la Coupe du monde

Dans le détail, voici les dotations prévues par la FIFA pour chaque tour de compétition :

  • Vainqueur : 42 millions de dollars, soit 39,8 millions d’euros ;
  • Finaliste : 30 millions de dollars, soit 28,4 millions d’euros ;
  • Troisième : 27 millions de dollars, soit 23,5 millions d’euros ;
  • Quatrième : 25 millions de dollars, soit 21,8 millions d’euros ;
  • Quarts de finaliste : 68 millions de dollars (soit 17 millions de dollars par équipe, soit 16,1 millions d’euros) ;
  • Huitièmes de finalistes : 104 millions de dollars (soit 13 millions de dollars par équipe, soit 12,3 millions d’euros) ;
  • Equipe éliminée en phase de groupes : 144 millions de dollars (soit 9 millions de dollars par équipe, soit 8,5 millions d’euros)

On remarque que le fait de franchir un tour génère environ 4 millions d’euros supplémentaires de primes à chaque fois jusqu’en demi-finales. Puis ce montant augmente nettement plus à partir de la 3e place. Il existe ensuite un écart conséquent de plus de 10 millions d’euros entre le vainqueur et le finaliste malheureux, dont les gains se rapprochent davantage de celui de la sélection qui aura remporté la petite finale.

Au total, la FIFA a prévu un budget dotations de 440 millions de dollars (soit 420,8 millions d'euros) pour l’ensemble de la compétition. Il s’agit d’une hausse de 91,8 millions d’euros par rapport aux 344 millions de dollars (soit 329 millions d'euros) de l’édition 2018. Malgré le contexte économique moribond, le Mondial ne connaît visiblement pas la crise !

Les gains et dotations de la Coupe du monde 2022

Combien touchera le vainqueur de la Coupe du monde 2022 ?

Le vainqueur de la Coupe du monde 2022 touchera 42 millions de dollars, soit environ 39,8 millions d’euros. Il s’agit d’une dotation en hausse d’environ 22% par rapport à l’édition 2018 qui avait vu les Bleus percevoir 32,5 millions d’euros. Ce montant est nettement plus alléchant qu’un sacre à l’Euro, rétribué «seulement» 10 millions d’euros par l’UEFA l’an passé. C’est nettement plus intéressant aussi qu’un titre en Ligue des Nations, qui peut atteindre 10,5 millions d’euros en cumulant différentes primes.

Comment ces primes sont-elles utilisées ?

Chaque fédération est libre d’utiliser ces gains comme bon lui semble mais une partie est inévitablement dédiée aux primes versées aux joueurs. La règle pour l’équipe de France stipule par exemple que 30% du montant des primes amassées reviendra aux joueurs sous la forme de primes individuelles. Dans les faits, la plupart des internationaux, qui bénéficient déjà de salaires élevés en club, reversent ensuite ces primes à des associations.

En cas de nouveau titre au Qatar, chacun des 23 joueurs français (plus quatre parts pour le staff) empochera donc 446 000 euros, soit une somme nettement supérieure aux 350 000 euros versés après le sacre en Russie.